Contacts

Siège de la BAD ,Hay Riad - Rabat - Maroc

contact@soukattanmia.ma

(+212) 530 177 300

Catégorie : Edito

Edito

L’écosystème de l’accompagnement entrepreneurial, partenaire de croissance !

La question de l’écosystème entrepreneurial au Maroc a été au cœur du diagnostic de croissance mené par la Banque africaine de développement en partenariat avec le Gouvernement du Maroc. Le diagnostic a souligné l’évidence de renforcer les capacités des acteurs et la coordination entre les différentes parties prenantes pour insuffler une réelle dynamique pour l’émergence et la résilience d’une économie entrepreneuriale dans le Royaume.

En réponse à ce constat, le programme Souk At Tanmia, SAT Maroc, ambitionne de contribuer à l’émergence d’un écosystème national de l’entrepreneuriat et de l’innovation mature, fluide et pérenne couvrant l’ensemble du territoire national, capable de générer un taux de création d’entreprises important, de richesses croissantes et d’emploi à plus forte valeur ajoutée.

A travers la plateforme de Partenariat dédiée au programme SAT, près de 60 acteurs du secteur public et privé au niveau national et local, participent à la mise en œuvre du programme. Le renforcement des capacités des acteurs figure parmi les objectifs principaux du programme SAT Maroc et sera déployé à compter du mois de juin 2021.

Une conférence régionale, organisée par la coordination régionale SAT à Tunis le 26 mai a marqué le lancement du cycle de renforcement des capacités des acteurs de l’accompagnement à l’entrepreneuriat. Elle a réuni près de 130 acteurs du Maroc et de la Tunisie sur « l’accompagnement entrepreneurial en phase pré création, et la revue des bonnes pratiques entre les acteurs des deux pays ».

SAT Maroc soutient les différents segments de l’entrepreneuriat, pour créer une chaine de valeur de l’accompagnement mature ciblant les différentes catégories de bénéficiaires et espaces géographiques pour vous accompagner dans votre projet d’entreprise !!

Edito

Être entrepreneur !

À lui seul, le mot « Entrepreneur » est une synthèse à la fois d’une aptitude personnelle, d’un état d’esprit et enfin et en dernier lieu seulement, une désignation d’une occupation professionnelle.

Or, par la force de l’usage quotidien, le terme « Entrepreneur » s’est limité à la simple définition d’une catégorie socio-professionnelle, qui peut être également désignée par le terme « chef d’entreprise », « porteur de projet » …

Ce glissement de langage passe malheureusement sous silence, les valeurs les plus importantes que recèle l’acte d’entreprendre, quel qu’en soit le contexte.

Au sein du programme Souk At Tanmia, « Entrepreneur » définit d’abord une femme ou un homme qui a un sens développé de prise d’initiative, qui cherche par tous les moyens à mettre toutes chances de réussite de son côté, et qui entreprend des projets avec méthode et passion à la fois.

Comprise ainsi, l’entreprise n’est de ce fait qu’une somme d’actes pris par des femmes et des hommes qui prennent les initiatives et les démarches qui leur sont nécessaires pour atteindre leurs buts, notamment et surtout dans le cadre professionnel.

Les coachs engagés dans le programme Souk At Tanmia n’ont de cesse d’insister sur la culture et l’état d’esprit des jeunes porteurs de projets que nous accompagnons depuis plusieurs semaines.

Et comme tout effort bien placé rencontre une juste récompense, les bénéficiaires des formations et coaching de Souk At Tanmia ont tous pris la posture d’un « Entrepreneur » preneur d’initiatives.

Edito

Entrepreneurs – La confiance en soi

Ne dit-on pas que « le leadership c’est avoir confiance en soi et donner confiance autour de soi » ? Il est vrai que le quotidien d’un chef d’entreprise n’est pas toujours aisé. Il a plus que jamais besoin de cultiver la confiance en soi, et faire face à tout changement.

Les jeunes qui se lancent dans l’entreprenariat doivent apprendre à « avoir confiance en soi » et développer les capacités d’apprivoiser le doute et l’imprévu. La confiance en soi requiert de la pratique et des exercices au quotidien.

En fait, tout un chacun est doté de compétences dissimulées quelque part. A force de les explorer, on finit par avoir une haute opinion de soi-même. Identifier celles-ci exigent de renforcer ses compétences et apprendre à gérer la pression et le stress.

Voici quelques conseils :

  • Ecarter les plaintes, au risque de délimiter vos propres capacités et de chasser la confiance en soi
  • Sortir de positions passives où l’on a tendance à attendre que d’autres se chargent des exploits et des réussites
  • Prendre le recul nécessaire sur les situations imprévues mais aussi faire de ses peurs et ses doutes un atout pour s’adapter aux changements
  • Être fier de ses accomplissements et réalisations  
  • Se faire accompagner par des spécialistes et des Coachs pour procéder à un travail d’introspection rigoureux et lever les blocages

C’est là un des concepts de haute importance dans le programme Souk At Tanmia. Le programme offre du coaching pour accompagner les jeunes entrepreneurs confrontés à des problèmes de confiance en soi pour mieux saisir les opportunités qui se présentent à eux, et découvrir le meilleur de leur personnalité et l’utiliser à leur profit dans toutes les situations de la vie de leur entreprise.

Chers candidats,

Soyez au rendez-vous avec vos Coachs !!

Edito

Accès au financement

Longtemps pointée du doigt comme principal frein à l’investissement pour les Tpmes mais aussi pour les primo-entrepreneurs, la difficulté d’accéder au financement est-t-elle toujours d’actualité au Maroc? 


Quel jeune entrepreneur peu rester indifférent aux récentes annonces à coup de spots publicitaires télévisés de grandes banques qui soulignent leur engagement à soutenir les projets en démarrage ?


Pour les moins jeunes entrepreneurs,  cette communication était juste impensable de la part des banques il ya quelques années en arrière. Normal, du temps de leurs débuts, obtenir un financement bancaire pour leur projets relevait d’une prouesse ou d’un coup de chance improbable.


C’est dire la valeur de l’opportunité qui est donnée aux jeunes porteurs de projets depuis le lancement du Programme intégré d’appui et de financement des entreprises début 2020, plus connu sous le nom “Intelaka”.

Jeunes entrepreneurs, allez-vous laisser vos doutes et hésitations l’emporter sur votre créativité et ambition de prendre votre destinée en main? Ou allez-vous verser dans la polémique sur la difficulté d’obtenir un financement bancaire pour se lancer, et laisser cette opportunité inespérée passer? 


Obtenir un financement à son projet n’a jamais été aussi à la portée de la grande majorité des primo-entrepreneurs.
Charge à eux de monter des dossiers ficelés et de travailler sur leur profil de chefs d’entreprises, de cultiver leurs aptitudes personnelles de femmes et d’hommes d’affaires.

C’est sur ces aspects que les bénéficiaires du programme Souk- Attanmia travaillent depuis des semaines avec leurs coachs, confiants que les banques verront en eux de potentiels clients à démarcher.

Edito

Réflexion stratégique : Atout de succès de l’entrepreneur

L’enjeu principal de l’accompagnement en TPE réside moins dans l’accroissement des « bases de connaissances » du créateur que dans le développement et l’enrichissement de ses capacités à faire évoluer son système de représentation et à ouvrir de nouvelles complexités.

Il ne s’agit donc pas pour le jeune de reproduire à l’identique ce qu’il a appris mais de se servir de sa connaissance, de son savoir-faire, de ses expériences, pour être un acteur actif dans le développement de son entreprise. Se pose donc, la question du contenu de la formation, mais aussi de la façon dont elle doit se dérouler. Autrement dit, outre la transmission des connaissances liées à la gestion des jeunes entreprises, est sous-jacente la problématique même des processus d’accompagnement et de transmission du savoir.

Le fondement de l’accompagnement est de permettre au créateur de donner un sens à son action. Il s’agit donc de rendre, à plus ou moins long terme, l’entrepreneur autonome – c’est-à-dire capable de construire un projet, de donner une identité propre à son organisation, et d’avoir une vision stratégique lui permettent d’agir de manière holistique sur les facteurs internes et externes de son entreprise.

Le jeune entrepreneur doit être doté de capacités et de prise de conscience. La démarche doit reposer sur un double raisonnement; dans un premier temps l’importance de la dimension relationnelle lors de l’accompagnement et du contenu de la prestation depuis l’acquisition de connaissances jusqu’au développement de la créativité de l’entrepreneur.

La problématique de l’apprentissage est donc, dans le cadre spécifique du démarrage, centrée sur le créateur. Toute la question est, dès lors, de savoir comment et, jusqu’à quel point, peut-on l’aider durant cette phase d’apprentissage.

Le programme SAT Maroc a introduit trois modalités de transformation abordée sur trois phases distinctives. La première étape se révèle comme une véritable logique où l’entrepreneur découvre ses forces et ses limitations pour déclencher la prise de conscience, la deuxième phase s’inscrit dans une logique d’apprentissage permettant le renforcement de la prise de conscience et la nécessité d’introduire des changements voire d’accroître son champ de compétences, et enfin la troisième phase consolide la transformation de ses processus cognitifs en l’amenant à travailler la conception de sa réflexion stratégique.

Ainsi, les facteurs de réussite des entreprises convergent, non seulement, pour désigner l’entrepreneur comme pivot, mais aussi, plus spécifiquement, pour souligner la réflexion stratégique comme l’un des facteurs déterminants de sa réussite !!

Edito

Résilience !

Que de statistiques ni de chiffres alarmistes n’avons-nous pas lu, quasiment tous les jours depuis une année, pour nous rappeler que les entreprises ont payé un lourd tribut devant la persistance de la crise et le manque de visibilité quant à sa fin !

Mais la chape qui pèse sur l’économie n’est pas perçue de la même manière par tous les entrepreneurs.

Fort heureusement, les très petites entreprises sont au rendez-vous de la reprise économique.

D’ailleurs quand Bank Al Maghrib annonce ce jeudi 22 avril des prévisions de croissance du PIB de +5% au premier trimestre 2021, nos jeunes entrepreneurs n’en percevront probablement pas toute la portée positive pour eux en particulier et pour l’économie nationale en général. Mais ils y sont pour beaucoup, et leur rôle dans la reprise palpable de l’économie est plus qu’essentiel.

C’est dans ces moments de reprise économique que la capacité de Résilience tant personnelle que collective est appelée à se manifester !

La résilience se perçoit chez les entrepreneurs à travers l’esprit de résistance aux pressions négatives, le pouvoir de percevoir et saisir les opportunités qui se présentent, la capacité de capitalisation sur les expériences passées et sur les connaissances acquises même et surtout en périodes difficiles.

Le rôle des acteurs de l’écosystème Entrepreneurial est à ce titre déterminant pour accompagner les jeunes entrepreneurs dans leur parcours de reprise et les assister à cultiver l’esprit de résilience.

Souk Attanmia, programme de capacitation des jeunes entrepreneurs par excellence, fait du développement des aptitudes personnelles et de la capitalisation sur les compétences acquises un axe majeur de sa méthodologie et outils d’accompagnement.

Nos candidats et jeunes entrepreneurs bénéficiaires du programme Souk Attanmia constatent tous les jours l’importance de la capitalisation des connaissances à travers les sessions d’accompagnement qui leur sont dispensées.

Edito

Capital humain !

Cultiver et préserver les compétences des équipes au sein de l’entreprise est une des clés de réussite de tout projet entrepreneurial.

Les entrepreneurs soucieux du bien-être de leurs collaborateurs disposent de plusieurs leviers pour réussir cette mission.

Depuis des années déjà, les outils de prévoyances sociales ont gagné en visibilité et accessibilité grâce notamment aux efforts consentis par les organismes concernés dans la sensibilisation des employeurs et des salariés.

Tous les jeunes entrepreneurs sont appelés à se renseigner et mettre à leur profit et celui de leurs équipes des leviers incitatifs tels que « Tahfiz », « Idmaj » ou « Taehil ». Ces programmes, promus par l’Anapec, ont pour objectif d’assister les entreprises à capter les meilleurs profils et à les garder en offrant notamment des incitations financières aux employeurs.

Dans le même registre, les chefs d’entreprises ont la possibilité d’instaurer une politique d’amélioration continue et de capitalisation sur les compétences internes grâce aux contrats spéciaux de formation (CSF) portés par l’Ofppt. Cet organisme permet aux entrepreneurs de se faire rembourser jusqu’à 70% des frais de formation et de perfectionnement annuels qu’ils auront engagés.

Enfin, la généralisation des régimes de prévoyance sociale tels que l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO), et les régimes de retraite de base, sont aujourd’hui des droits acquis aux salariés qui leur assurent une sérénité et des garanties dont l’effet sur leur stabilité et productivité ne sont plus à démontrer.

Les entrepreneurs qui auront intégré l’impérieuse nécessité de garantir les meilleures conditions de dignité et de bien-être social de leurs équipes, verront les bénéfices de leur engagement social à très court terme et marqueront des points dans leur course à la compétitivité.

Edito

Made in Maroc !

Relever le défi du « Made in Maroc » est loin d’être un cliché ou un slogan de circonstance brandi en temps de crise, ou de retournement des indicateurs économiques du pays.

Il s’agit plutôt d’une lame de fond qui, doucement mais sûrement, est en cours de changer bien des aspects de notre tissu entrepreneurial vers le mieux.

Les récentes mesures de sauvegarde prises à l’égard des entreprises nationales, conjuguées aux dernières mesures douanières face aux importations de produits finis, ouvrent une fenêtre de tir inespérée pour l’économie nationale et surtout pour son principal moteur : les TPMEs.

Les entrepreneurs et chefs de petites structures qui sauront prendre le recul nécessaire, adopter des stratégies de rupture par rapport aux antérieures situation de confort, et mobiliser leurs ressources innovatrices, récolteront sans nul doute les fruits de leur efforts consentis en temps de crise.

C’est là où entrent en jeu les qualités intrinsèques qui caractérisent les Tpmes : Agilité, rapidité de décision, et capacités de saisir les opportunités qui s’ouvrent à elles, aussi minimes soient elles.

Prenons par exemple la récente décision d’un leader du commerce moderne, opérateur de grandes surfaces, d’augmenter sensiblement et durablement son sourcing en produits nationaux. Cette nouvelle stratégie qui représente plusieurs centaines de millions de dirhams de commandes annuelles pour les Pmes de l’industrie Habillement et Agro-industrie ainsi que pour leurs écosystèmes. 

La décision de ce leader de la distribution de produits de grandes consommation ne restera pas unique. Il faut s’attendre à ce d’autres opérateurs lui emboitent le pas et créer ainsi un effet boule de neige salutaire pour les TPMEs nationales et notamment dans les régions.

Alors, le « Made in Maroc », slogan ou opportunités à saisir ?

Edito

Exigez le meilleur, de vous-mêmes

Le 15 mars dernier, la cérémonie de lancement des sessions de formation du programme Souk At-Tamnia a réuni près de 450 candidats. Ce programme existe pour vous, afin de vous permettre d’accéder à un maximum d’outils efficaces pour vous accomplir et créer votre propre modèle de réussite.

La majorité des jeunes entrepreneurs pense que le facteur le plus important qui déterminera leur succès est lié à leur expérience et à leurs compétences générales dans le cœur de leur métier. Mais en réalité, les entrepreneurs les plus prospères développent un certain nombre de compétences personnelles qui les aident à atteindre leurs objectifs.

Le programme Souk At-Tanmia met à votre disposition des experts qui vont vous aider à développer des compétences intrinsèques spécifiques et vous apprendront à acquérir ces compétences et adopter la bonne attitude, nous vous proposons entre autres :

1. l’optimisme pour vous aider à résoudre les problèmes de façon plus efficace en se concentrant sur les solutions plutôt que sur les problèmes.

2. la vision stratégique pour définir de manière claire vos objectifs, cultiver les valeurs de votre entreprise et développer votre stratégie à long terme et vous y atteler.

3. la prise d’initiatives de manière proactive, pour chercher dessolutions innovantes et des approches plus efficaces et relever les défis.

4. le sens de la responsabilité afin de démontrer votre capacité à assumer vos responsabilités et engagements au quotidien et mettre en place des résolutions collectives de problèmes.

5. la persévérance si vous recherchez le succès entrepreneurial, pour surmonter votre propre résilience personnelle et ne jamais abandonner.

6. la prise de risques raisonnés, et savoircommencer à petits pas etêtre prêt à faire des erreurs sans avoir peur.

7. la résilience pour cultiver votre force émotionnelle, le courage et le professionnalisme dont il faut faire preuve dans les moments les plus difficiles.

Donnez de votre temps et votre attention aux sessions de formation, nous savons que les deux sont précieux. Mais, nous savons surtout qu’ils font partie des facteurs de votre réussite !!

Souk At-Tanmia Team

Edito

Entrepreneuriat au féminin, Be the CHANGE.

Nous vous en parlions la semaine dernière, les chiffres relatifs aux femmes entrepreneures au Maroc, et dans le monde, ne sont pas très encourageants.

C’est l’une des raisons pour lesquelles les quatre éditos de ce mois de mars sont dédiés à la Femme, non seulement pour la célébrer, mais pour lui rappeler son potentiel et sa place dans le développement socio-économique de son pays. Un potentiel que nous tentons non seulement d’encourager à pénétrer dans l’univers entrepreneurial, mais que nous accompagnons par différents moyens.

Cependant, ces chiffres ne devraient pas freiner l’élan de toutes les femmes désirant se lancer dans le monde de l’entrepreneuriat, bien au contraire, ils devraient représenter un catalyseur pour booster les initiatives, les idées et les projets entrepreneuriaux.

Souk-At-Tanmia est un programme qui a non seulement conscience de ces défis et challenges, mais qui a pris le temps de les étudier, afin de proposer les meilleures solutions et le meilleur accompagnement à ses bénéficiaires.

Une équipe d’experts dans différentes matières : Finance, communication, IT… Attendent vos interrogations et vous aident à mieux y répondre.

Pour ce dernier édito de ce beau mois de mars, nous ne vous demandons pas d’attendre le changement, nous vous demandons de l’être car nous sommes sûrs que vous en êtes capables.

Souk-At-Tanmia Team